Peut-on être trop ambitieux ?

Série: David, l'homme que Dieu aimait (2 Samuel 15)

Introduction :

Aujourd’hui, je voudrais parler de l’ambition. L’ambition peut-être une bonne chose. Elle nous permet de constamment nous améliorer et de ne pas nous reposer sur nos acquis. Mais aussi vrai qu’elle nous amène parfois de bonnes choses, elle peut aussi être dangereuse. Aujourd’hui avez-vous de l’ambition ? Que voulez-vous accomplir ? Où voulez-vous arriver ? Cette ambition est-elle saine ou pas ?

Pour le savoir, nous sommes obligés de considérer notre définition du succès. Qu’est-ce qui représente le succès à vos yeux ? Si je vais voir au dictionnaire, voici ce que je lis : « Le succès : c’est une réussite financière éclatante. C’est trouver la faveur du public. C’est plaire au sexe opposé et faire facilement des conquêtes. C’est acquérir une bonne position au travail. C’est ce qui contribue au bonheur. » Est-ce vraiment ça le succès ? Selon cette définition, Elvis Presley avait du succès, Marylin Monroe avait du succès, Zinedine Zidane aussi, mais vous et moi nous sommes des perdants. Est-ce vrai ? Non, bien sûr ! Laissez-moi redéfinir le terme et vous dire ce qu’est que le vrai succès. Avoir du succès, c’est obtenir les faveurs de Dieu, c’est réussir à lui plaire par nos pensées, par nos actions, par nos paroles. Avoir du succès, c’est réussir à accumuler une richesse spirituelle. Avoir du succès, c’est vivre jusqu’à la fin en restant fidèle à notre appel. C’est vivre comme les grands héros de la foi. Savez-vous ce qu’ils nous diraient, s’ils pouvaient nous apparaître aujourd’hui ? Tu veux être heureux, alors :

  1. Accroche-toi à Dieu de toutes tes forces. Mets-le en premier dans ta vie, chaque Jourde la semaine. Mets-le en premier dans ton agenda et dans ton chéquier. Donne Lui la place d’honneur dans ta maison. Offre Lui ta vie, la vie qu’il t’a donné.

  2. Traite les autres correctement. Agis correctement envers tous ! Peu importe la couleur de peau, les vêtements qu’ils portent et ce qu’ils t’ont fait ou pas fait. Sois bon envers eux, aide-les, respecte-les, jeunes ou vieux, intelligent ou pas, s’il te ressemble ou pas.

  3. Travaille dur. Sois courageux, ne paresse pas au boulot ou dans le domaine de la foi.

Ces héros nous diraient que si nous parvenons à faire ces trois choses, nous trouverons le succès. Dieu nous bénira et nous accordera sa faveur. Alors revenons à notre point de départ. Nos ambitions tendent-elles vers ce genre de succès ? Il est important de se le demander, car Satan obscurcit trop souvent nos pensées. Voyez-vous, il aime ressusciter les anciennes ambitions de notre vie passée. Donc il cherche en nous un reste, un goût persistant, des espoirs qui n’ont pas totalement disparu pour l’argent, la gloire et le pouvoir. Comprenez donc que l’ambition peut-être néfaste, dangereuse, qu’elle peut nous précipiter dans bien des problèmes. Si Satan peut vous ferrer grâce à elle, il n’hésitera pas à vous faire perdre tout contrôle, à vous faire dépasser toutes les limites du raisonnable. Quand l’ambition, mal guidée, capture notre cœur, alors nous mettons de côté tout bon sens, nos devoirs, nos amitiés et même Dieu. Nous devenons des personnes capables de faire n’importe quoi. Nous sommes prêts à tricher, à mentir, à voler et à faire du mal. En permanence, Satan se dit donc en pensant à toi : « Je veux que son ambition soit incontrôlée. » Dieu lui proclame : « Accroche-toi à moi, traite les autres correctement et travaille dur ! » Il nous faut donc décider chaque jour, allons-nous vivre comme Dieu le veut ou comme Satan le désire ? La plupart dans ce monde ont fait le choix de suivre Satan. Ils lui ont permis de cultiver au fond d’eux une ambition incontrôlable et nocive. Ce n’est pas nouveau. Depuis toujours il y a des hommes qui sont tombés dans ce piège. Puis-je vous donner un exemple de tout cela ? OUI ! Aujourd’hui, nous retournons en 2 Samuel 15, à notre étude des événements de la vie de David.

Nous portons nos regards sur le troisième fils de David, Absolom. Je sais que nous en avons déjà parlé, mais nous n’avons pas tout dit. Absolom selon la bible était un beau gosse. Il avait de beaux cheveux qui faisaient rêver toutes les filles. Du sommet de la tête jusqu’aux pieds, il n’y avait aucun défaut dans son physique. Personne ne lui arrivait à la cheville dans tout Israël. Et en plus, il avait du charisme. Mais attention, ça ne veut pas dire qu’Absolom était un cadeau. Nous avons vu il y a trois semaines, que son père n’était pas beaucoup présent dans sa vie. Quand sa sœur Tamar fut violée par leur demi-frère il entreprit donc de régler le problème tout seul. Il tendit un piège à son demi-frère et le mit à mort. Ça lui valut la colère de David pendant 5 ans. 5 ans il ne vit plus son père, jusqu’au moment où Joab plaida sa cause. En terminant le dernier sermon, nous avions vu David qui acceptait de se réconcilier avec lui par un baiser. En lisant ces mots au chapitre 14, verset 33, nous aurions pu croire que tout était résolu. Loin s’en fallait !

En reprenant au chapitre 15, nous voyons qu’Absolom commence à présent à penser à son futur et ce qu’il veut être. Il définit très mal le succès et il commence à avoir des désirs dangereux. Vous allez le voir, il va montrer un peu trop d’ambition, de l’ambition mal placée. Le verset 1 nous dit tout d’abord ceci : « … » Rien de mal à première vue jusqu’à présent. Ce n’est peut-être pas la façon la plus discrète de bouger, mais Absolom est fils de roi, il a de l’argent et un certain rang. Il peut donc voyager dans un beau char, tirés par 5 merveilleux chevaux et entouré par 50 gardes du corps. Mais est-ce que cette image qu’il veut donner ne reflète pas quelque chose de plus profond et de plus dangereux ? Je pense que si. Car le texte va révéler qu’il veut la couronne et qu’il agit ainsi parce qu’il se voit déjà roi, bien que son père soit encore dans la force de ses jours. (Attention quand nous nous prenons pour ce que nous ne sommes pas. En jouant le jeu, on finit parfois par y croire)

Regardez ce qui se passe ensuite, verset 2 à 4 : « … » C’est là que son ambition incontrôlée éclate au plein jour. Pour usurper la place de son père, Absolom a besoin de faire deux choses :

  1. Il doit démettre son père, s’en débarrasser.
    Mais il sait que ce ne sera pas facile. Seul un fou irait combattre David à ce point. Tout le pays et l’armée sont avec lui. Alors Absolom va utiliser une arme redoutable, une arme qu’il maitrise assez bien, sa langue. Il commence à discréditer son père publiquement. Les gens viennent parfois de très loin pour exposer leurs problèmes au roi et demander son arbitrage. Imaginez ce qu’ils ressentent quand ils voient Absolom arriver vers eux en grandes pompes et leur dire que leur secteur est tombé en disgrâce aux yeux du roi, qu’ils ne seront pas reçus. Ils doivent se dire qu’ils ne valent rien parce qu’ils sont trop petits, leur vie est donc insignifiante pour le roi.

  2. Mais ceci ne mènera a rien, s’il n’y a pas un plan pour offrir au peuple une alternative. Absolom doit non seulement discréditer le roi, mais aussi s’imposer comme un choix logique pour le remplacement.
    Il a donc besoin de se faire une place dans le cœur du peuple. Ainsi, la bible nous dit qu’il commence à faire des promesses. Regardez de nouveau le verset 4 : « … » Son attitude me fait penser aux candidats belges qui sont en période d’élection. Quand je suis monté à Verviers le weekend passé, les candidats étaient dans les rues en train de promettre le monde au passant. J’étais choqué. Eux qui sont si inaccessibles en période normal, ils traitaient les gens comme s’ils étaient leurs meilleurs amis et que leurs portes allaient être constamment ouvertes pour eux quand ils ont des soucis. Absolom chatouille les oreilles de ses auditeurs avec ses paroles. Il promet des choses qu’il ne pourra probablement jamais tenir, car qui peut toujours délivrer justice ? Et puis il y a tellement de flatterie dans l’attitude du prince. Pensez-y ! Lui qui voyage sur un superbe chariot, entouré de 50 soldats est craint et respecté. Lorsque certains le voient en accord avec le verset 5, que font-ils ? Ils se prosternent et tombent à genoux. Quand Absolom le voit, il tend la main à celui qui est à genoux, puis il le relève et l’amène à lui pour l’embrasser. Est-ce par vrai affection ou humilité ? Je ne pense pas. Après tout, ce n’est pas sur un âne qu’Absolom voyage. Il n’a même pas un minimum d’affection et de loyauté envers son père, alors vous pensez bien que les étrangers ont encore moins de valeur pour lui. Mais il sait que la flatterie peut le mener très loin. Le verset 6 nous dit d’ailleurs ceci : « … »

En faisant tout ceci, Absolom manifeste donc une ambition trop grande, une ambition qui le mène à convoiter ce qu’il n’a pas le droit d’avoir, à mentir, à discréditer, puis à flatter. Et finalement quand tout est en place, nous voyons qu’il va chez son père et fait ceci, versets 7 et 8 : « … » Comment réagiriez-vous si vous étiez David et que votre fils vient vous dire les mêmes paroles ? Je dirais à mon enfant, comme David : « Va en paix et fais cela ! » Mais Absolom veut aller à Hébron pour être nommé roi. Il est donc en train de mentir. Son ambition est si démesurée qu’il regarde son père droit dans les yeux et lui ment froidement, sans aucun remord. Pire que tout, qui va-t-il utiliser pour avoir l’occasion de faire le mal ? Il utilise le nom de l’Éternel pour exécuter son méfait. Il va donner l’apparence d’être religieux et soucieux de Dieu pour endormir les soupçons éventuels de son père et donner le départ au coup d’État. Comme c’est triste, mais aussi commun de voir des gens utiliser la religion et le nom de Dieu pour assouvir leurs ambitions. On ne peut pas plaire à l’Éternel et réussir en agissant ainsi. Le comprenons-nous aujourd’hui ? Absolom va l’apprendre. Au départ tout semble bien fonctionner. Regardez le verset 10 à 14 : « … » David est forcé de suivre. Mais Dieu na pas fermé l’œil sur tout ceci. À travers une série d’événement que nous verrons la semaine prochaine, Il va punir le fils du roi et ce dernier s’éteindra avant même d’avoir atteint ses objectifs.

J’en arrête ici et je tire les leçons finales.

I. L’ambition peut –être une bonne chose, mais elle peut aussi être un vrai fléau.

Que désirez-vous accomplir plus que tout aujourd’hui ? Comment définissez-vous le succès ?

II. L’ambition incontrôlée vous mènera au péché.

Elle vous fera mentir, elle vous fera parler mal sur les autres, elle vous fera faire de fausses promesses, de la flatterie et vous fera renier Dieu et ceux qui sont proches de vous. Alors je vous le demande aujourd’hui, quelles sont vos ambitions et que faites-vous au présent pour obtenir ce que vous voulez ? Qu’êtes-vous prêts à faire pour assouvir vos désirs ? Jusqu’où irez-vous ?

III. Dieu ne bénit pas une ambition mondaine.

Il nous donne une recette très simple, mais aussi très différente pour trouver le bonheur. Cette recette dit ceci : « Cherche d’abord le royaume de Dieu et toute chose te seront données ». Celui qui met Dieu en première position dans sa vie, qui traite les autres correctement et qui travaille dur obtient les faveurs de l’Éternel. Celui qui suit Satan sur la mauvaise voie récolte le jugement et les souffrances.

Conclusion :

Alors quelle voix écoutez-vous aujourd’hui, celle de Dieu ou celle du tentateur ? Puissions-nous toujours faire ce qui est juste.