Bulletin Hebdomadaire
29 janvier 2012


Vie d'Eglise :


Dimanche dernier nous avons étudié:

Série : tiraillé entre 2 mondes?


Le verset de la Semaine:

«Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations »
Matthieu 24 :14



  • Nous étions au nombre de 19 personnes.
  • Notre budget est de 216 euros par semaine.
  • Nous avons offert 145 euros à la collecte
  • Déficit: 346 euros



Pensée

Macroévolution v. microévolution

Personne ne conteste le fait que ce qu’on appelle communément la «microévolution» (la variation au sein d’un type d’organisme), causée par la sélection naturelle, a lieu, et pourrait être responsable du grand nombre d’espèces au sein d’un type. Presque toutes les prétendues preuves de l’évolution (tels que «les pinsons de Darwin» et les bactéries qui deviennent résistantes aux antibiotiques) sont de cette catégorie. Nous voyons d’énormes différences entre les plus de 300 races de chiens, depuis le tout petit chihuahua et les très grands bergers allemands ou saint-bernards. Ces races ont été produites par la reproduction sélective opérée par des hommes. Il est important de souligner, pourtant, que «microévolution» ne convient pas comme appellation, car il suggère qu’un «peu» d’évolution a lieu. En réalité, nulle évolution n’a lieu, car aucune augmentation de la complexité de l’organisme (telle que le développement d’un nouvel organe) n’a lieu. Il s’agit simplement d’accentuer par rapport aux autres tel ou tel trait déjà existant. Quant à la macro-évolution, il y a bien des scientifiques qui ne la reconnaissent pas comme une réalité. La mutation jointe à la sélection naturelle n’a pas réellement le potentiel de produire de changement à grande échelle d’un type d’organisme qui se transforme en un autre, la prétendue «macroévolution». Il n’y a absolument aucun cas, par exemple, d’une transition d’un phylum (embranchement) à un autre. Les partisans de Darwin reconnaissent ceci comme une question pour la recherche. D’autres, tels que Benton et Behe, sont allés plus loin et ont écrit des livres qui fournissent les données incontournables qui montrent scientifiquement pourquoi de telles transitions sont impossibles. Leurs observations ne semblent pas, pourtant, bien connues en dehors des milieux spécialisés dans l’étude des origines.


Prions pour :
  • La guérison et/ou le moral des malades : Gayle; Michèle Stickley.
  • Notre famille en Christ, à l’étranger : à Haïti ; en Côte d’Ivoire...
  • L’évangélisation de la Nouvelle-Calédonie.
  • L’évangélisation et la croissance de l’église.
  • Ceux qui passent par une épreuve;
  • Remercions le Seigneur pour ses bénédictions et exaucements.